A propos de Stanislas Delorme

La voyance n’est pas un métier. Il s’agit de capacités extrasensorielles.

Certains parleront de don.

Pour ma part, il s’agit d’une faculté que j’ai en moi et que j’ai su développer par l’expérience…

Stanislas Delorme

“Chaque biographie est une histoire universelle.

Biographie : Originaire de Bourgogne, après avoir terminé mes études, j’ouvre mon cabinet de voyance à l’âge de 20 ans. Très rapidement, j’acquiers, sur un plan local, une notoriété au travers d’articles dans la presse régionale.

Je me vois confier une émission de voyance en direct sur une radio locale. Ce programme remporte un large succès, et se retrouve placé en 2ème position parmi les meilleures émissions de la radio.

Je dispose de facultés extrasensorielles. Je vois, j’entends, je ressens ce que d’autres ne perçoivent pas.

Dans mes souvenirs, je me souviens d’une tante qui tirait les cartes, et d’une cousine éloignée qui officiait en tant que voyante.

Dès mon plus jeune âge, j’étais attiré par les arts divinatoires, tandis que mes petits camarades s’intéressaient à des activités de leur âge. J’achetais par correspondance des livres sur les arts divinatoires, la voyance. Je fis l’achat d’un tarot de Marseille, mais également d’oracles. Seul le Tarot de Marseille se distinguait parmi les jeux que je possédais.

  « Il n’y a pas de hasard, il y a juste des rendez-vous. »

À l’opposé du diseur de bonne aventure, je m’inspire de la ligne éthique portée par Didier Derlich, célèbre voyant et astrologue de l’époque, ayant une approche pertinente et moderne du rôle de voyant. J’ai eu la chance de le rencontrer lorsqu’il habitait dans l’Allier.

C’est vraiment à l’adolescence que j’ai pris conscience que j’avais cette faculté à « deviner » les choses. D’une nature secrète, je préservais au fond de moi mes perceptions extrasensorielles. Je cachais à mon entourage livres, tarots et oracles.

Ma seule certitude à cette époque : je savais que j’allais ouvrir mon propre cabinet de voyance à la fin de mes études. Ce fut effectivement le cas. Sitôt mon diplôme en poche, j’annonçais à mes parents que je venais de passer une petite annonce, dans un journal gratuit de la région. Je m’apprêtais à recevoir mes premiers consultants. J’aménageais à la hâte une pièce dans la maison de mes parents, afin d’y recevoir mes consultants. J’ai reçu pendant de très nombreuses années dans ce lieu.

Il faut savoir que je n’avais alors jamais consulté de voyant, et que j’ignorais totalement comment j’allais mener ma première consultation. Une voyante et astrologue consultait dans un hôtel de ma ville. Je profitais de l’occasion pour prendre rendez-vous. Elle me fit d’étranges révélations sur mes capacités, et le fait que j’allais m’installer à mon compte. À cet instant, je n’avais plus de doutes. Je savais clairement comment j’allais organiser ma première consultation.

En 1993, le monde de la voyance n’était qu’à ses débuts. Le code pénal interdisait l’exercice de la voyance. Sur dénonciation, j’ai passé une demi-journée à la gendarmerie, afin de m’expliquer sur mon activité. Fort heureusement, malgré cet article du code pénal, j’exerçais en toute légalité.

Plus tard, ma réputation devient nationale, pour ne pas dire internationale. Je participe à des émissions de télévision comme « C’est mon Choix » sur France 3, « Normal, Paranormal » sur M6.

En 2003, je fonde le 1er site d’informations sur la voyance : www.guidedelavoyance.com, qui reste aujourd’hui une référence dans le monde de la voyance.

En 2008, ma vie personnelle fait que je m’installe à Paris. Je participe depuis 2008 à une émission de voyance en direct à la télévision, « ID Voyance », sur la chaîne parisienne IDF1.

En 2010, je participe, en tant que médium, à une web série consacrée aux phénomènes paranormaux, « Spirit Investigations ». Ma mission : me rendre dans des lieux connus pour leurs phénomènes paranormaux, afin de percevoir avec précision l’histoire du lieu, en communiquant avec les esprits ou en captant des perceptions extrasensorielles.

Aujourd’hui, je poursuis mon chemin avec mes consultations à Paris, en visioconférence, ou bien par téléphone, pour les personnes les plus éloignées.

Partager cet article